Le quartier de Montchat

Visuel détail
Vignette
Accroche détaillée

Le quartier de Montchat, situé dans la partie est de l’arrondissement , se caractérise par son homogénéité que lui ont conféré les aménagements planifiés sur l’ensemble du secteur

Contenu
Contenu

Montchat est l’héritier du bourg de Chaussagne qui s’était formé à l’époque romaine au sud-est de Lugdunum. Le nom de «Montchal» apparaît au 15e siècle mais c’est au 19e, suite à une erreur de transcription, que le domaine pris le nom de Montchat.

C’est aussi à cette époque que le quartier s’urbanise. En 1858, Jean-Louis-François Richard-Vitton, grand propriétaire foncier, ancien membre du conseil municipal de la Guillotière et futur maire du 3e arrondissement, aménage l’un des premiers lotissements en morcelant son domaine en plusieurs maisons familiales. Il assure la construction d'une église, d'écoles et d'une salle d'asile, et cède les sols de rues des ses lotissements à la ville de Lyon.


Aujourd’hui et depuis 1926, 65 jardins de 150m² chacun font le bonheur des familles qui les cultivent. Et si à l’origine ces jardins servaient à nourrir des familles nombreuses et modestes, les potagers sont encore là bien que les familles savent aussi profiter autrement de ce lieu de verdure privilégié à Lyon.


Au début du 20e siècle, la vie champêtre d’avant-guerre cède la place aux villas, aux commerces et à de petites entreprises. Bientôt, le tissu social d’ouvriers, de petits patrons, disparaît au bénéfice du personnel médical. Entre 1920 et 1934 , l' Hôpital Édouard Herriot est construit sur les terrains appartenant autrefois au domaine de Montchat. Dès le premier tiers du XXe siècle, Montchat devient le « quartier des hôpitaux ». Impulsé par la construction de l’hôpital Edouard Herriot, de nombreuses structures médicales choisirent ce secteur pour s’implanter. La vocation médicale du quartier se confirme en 1930 avec l’hôpital militaire Desgenettes puis, dans les années 70, avec les hôpitaux neurologique et cardiologique et le centre international de recherche sur le cancer.


Aujourd’hui, le quartier conserve son cachet original tout en poursuivant son développement. L’uniformité de ses aménagements lui confère un caractère intemporel, à part dans l’agglomération lyonnaise.